Quand il s’agit d’investir dans l’immobilier, le lieu choisi peut radicalement transformer les rendements attendus. Entre les États-Unis et la France, deux géants économiques aux marchés immobiliers dynamiques, les différences de prix, de fiscalité et de potentiel de croissance attirent curiosité et capitaux. Dans cet article, nous plongeons dans les détails de ces deux marchés, comparant les tendances actuelles pour éclairer vos décisions d’investissement. Que vous cherchiez à acheter votre première maison ou à diversifier votre portefeuille immobilier, prêts à explorer les nuances des prix de l’immobilier USA VS France ?

Le tableau comparatif des prix de l’immobilier USA VS France

prix de l'immobilier USA vs France

Entrons directement dans le vif du sujet avec un tableau explicatif qui permet d’avoir une vue d’ensemble des différences de prix de l’immobilier entre la France et les États-Unis selon Numbeo.

FRANCEÉTATS-UNISDifférence
Prix d’achat au mètre carré
d’un appartement en centre-ville
6,272.83 $
(5,894.92 €)
3,704.99 $
(3,481.78 €)
-69.3 %
Prix d’achat au mètre carré
d’un appartement hors centre-ville
4,785.37 $
(4,497.08 €)
2,913.79 $
(2,738.25 €)
-64,2%
Prix moyen d’une location pour
1 chambre en centre-ville
844.04 $
(793.19 €)
1,778.31 $
(1,671.17 €)
+52.5 %
Prix moyen d’une location pour
1 chambres hors centre-ville
624.61 $
(586.98 €)
1,463.49 $
(1,375.32 €)
+57.3 %
Prix moyen d’une location pour
3 chambres en centre-ville
1,581.91 $
(1,486.61 €)
2,982.25 $
(2,802.59 €)
+47.0 %
Prix moyen d’une location pour
3 chambres hors centre-ville
1,248.92 $
(1,173.68 €)
2,421.02 $
(2,275.17 €)
+48.4 %

Voici un exemple supplémentaire des prix de l’immobilier USA VS France :

Le prix médian au mètre carré d’un appartement à New York est 17 702,15 $ (16 635,68 €).

Le prix médian au mètre carré d’un appartement à Paris est de 9 920 $ (9 298 € €).

En revanche, les coûts moyen des loyers pour un appartement d’une chambre sont de 4 155,16 $ (3 904,84 €) à New York et de 1 501,55 $ (1 411,09 €) à Paris.

Cela représente une différence de 63,9% entre les deux villes. Cela peut certes représenter un avantage pour la France, mais tout dépend de la nature de votre achat.

Dans le cadre d’un investissement, être le moins cher globalement avec des prix de loyers plus élevés est un véritable atout pour assurer sa rentabilité (et comme c’est le cas pour les USA à la vue de ce tableau).

Une vue d’ensemble des différents marchés de l’immobilier USA VS France

Maintenant que vous avez une idée plus précise des coûts de l’immobilier de chaque pays, voyons un peu plus en détails les différentes caractéristiques du marché français et américain.

La situation actuelle du marché de l’immobilier aux États-Unis

La situation actuelle du marché de l'immobilier aux États-Unis

Le marché immobilier américain continue de montrer des signes de force malgré des défis économiques globaux, tels que l’inflation et les variations des taux d’intérêt.

L’inflation aux États-Unis, bien qu’elle ait été moins sous pression que dans certains pays européens, reste une préoccupation majeure pour les investisseurs.

Les taux d’intérêt, après avoir été historiquement bas, commencent à remonter, ce qui pourrait ralentir la demande dans certains segments du marché.

En 2023, le prix médian d’une maison aux États-Unis a atteint environ 420 100 $, en hausse par rapport aux années précédentes. Cette hausse est particulièrement notable dans les grandes villes et les régions côtières où la demande reste élevée malgré les coûts croissants.

  • États les plus chers : Hawaii et Californie restent en tête des états avec les prix immobiliers les plus élevés. En Hawaii, le prix médian d’une maison a grimpé à environ 848 926 $ en 2023. En Californie, les prix varient significativement d’une ville à l’autre mais restent parmi les plus élevés du pays avec un prix médian qui a atteint 760 800 $.
  • États les plus abordables : À l’opposé, des états comme la Virginie de l’Ouest offrent des prix bien plus accessibles avec un prix médian d’environ 129 103 $. Ces régions attirent des acheteurs à la recherche de propriétés plus abordables ou d’investissements potentiellement plus rentables à long terme.

Le marché immobilier aux États-Unis est donc en constante évolution, avec des différences marquées non seulement entre les régions mais aussi en fonction des conditions économiques.

Comprendre ces nuances est essentiel pour toute personne envisageant un investissement immobilier aux États-Unis, que ce soit pour l’achat d’une résidence principale ou pour un investissement locatif.

La situation actuelle du marché de l’immobilier en France

La situation actuelle du marché de l'immobilier en France

Contrairement au marché américain, caractérisé par une hausse des prix, le marché immobilier en France montre des signes de stabilisation et même de baisse dans certaines régions, influencés par divers facteurs économiques et sociaux.

Le marché français est très segmenté avec des dynamiques propres à chaque grande ville et région.

Par exemple, à Paris, les prix des appartements sont traditionnellement élevés avec des moyennes dépassant les 10 000 € le m² dans certains arrondissements.

Cependant, les indicateurs avancés suggèrent une baisse prévue de 7 % dans la capitale à l’horizon 2024.

En province, la situation est plus nuancée. Certaines villes comme Lyon et Marseille voient leurs prix se stabiliser après des années de hausse significative.

D’autres, comme Nantes et Bordeaux, connaissent des ajustements à la baisse, signe d’un marché qui se refroidit légèrement face à une demande moins pressante.

  • Baisse des prix : En Île-de-France, les prix sont en recul, une tendance qui semble se confirmer à mesure que le marché s’ajuste à une demande plus modérée et à des conditions de financement plus strictes.
  • Stabilité en régions : Les régions moins exposées à la spéculation, comme certaines parties du Grand Ouest ou du Centre-Val de Loire, montrent une relative stabilité des prix, offrant des opportunités pour les acheteurs à la recherche de biens plus abordables.

La politique française en matière de logement, notamment avec les régulations comme l’encadrement des loyers et les incitations fiscales à l’investissement locatif (loi Pinel), continue de jouer un rôle important dans la dynamique du marché.

De plus, les décisions en matière de taux d’intérêt par la Banque centrale européenne affectent également le pouvoir d’achat immobilier.

En période de taux bas, comme ce fut le cas récemment, le marché tend à être plus actif, bien que cela puisse changer avec les ajustements futurs des politiques monétaires.

Acheter une maison aux USA VS en France ?

Acheter une maison aux USA VS en France

L’achat d’une maison aux États-Unis présente plusieurs différences significatives par rapport à l’acquisition d’un bien immobilier en France. Ces distinctions touchent à la fois les processus d’achat, les implications fiscales, et les pratiques du marché.

Découvrez les secrets des marchés immobiliers aux USA

Téléchargez gratuitement notre guide 👇

Processus d’achat

Aux États-Unis, le processus d’achat est généralement plus rapide qu’en France.

En Amérique, une transaction peut se conclure en environ 70 jours. En France, le délai peut s’étendre sur plusieurs mois, en grande partie à cause des étapes administratives plus nombreuses, incluant le compromis de vente et la période de réflexion obligatoire.

Rôle des professionnels immobiliers

La figure du notaire en France, qui est central dans toute transaction immobilière, n’a pas d’équivalent direct aux USA.

Aux États-Unis, les transactions sont souvent facilitées par des agents immobiliers pour les deux parties (acheteur et vendeur), et les aspects légaux peuvent être gérés par un avocat ou un agent de titre (title agent), qui assurent la validité du transfert de propriété.

Il faut également savoir qu’en France, chaque professionnel de l’immobilier possède son propre portefeuille de biens immobiliers. Aux USA, l’ensemble des biens en vente sur le marché sont répertoriés dans le MLS (Multiple Listing Service) que seuls les agents immobiliers peuvent avoir accès.

Le rôle de l’agent immobilier aux États-Unis est d’ailleurs particulier. Chaque professionnel s’engage à respecter uniquement les intérêts de leur clients pour les accompagner à travers un service d’exception.

Frais et coûts additionnels

Les frais associés à l’achat d’une maison sont également structurés différemment.

Aux USA, les coûts de clôture de la vente (closing costs) comprennent divers frais tels que l’assurance titres, les inspections, et les taxes, qui peuvent varier significativement d’un État à l’autre.

En France, les frais de notaire et les droits de mutation représentent une part importante des coûts additionnels, mais sont généralement plus prévisibles.

Financement de l’achat

Concernant le financement, les acheteurs aux USA ont accès à une variété d’options de prêts hypothécaires, avec des conditions et des taux qui peuvent varier largement en fonction de leur crédit et d’autres facteurs.

En France, bien que les options de prêt soient également nombreuses, les conditions sont souvent plus strictes, avec des taux d’emprunt généralement plus régulés.

Considérations fiscales

La fiscalité de l’immobilier est aussi un domaine où les deux pays diffèrent.

Aux États-Unis, les propriétaires peuvent déduire les intérêts de leur prêt hypothécaire de leurs impôts fédéraux, ce qui n’est pas le cas en France où certaines aides peuvent toutefois être disponibles pour l’achat de résidences principales sous conditions.

Ces différences mettent en évidence l’importance de bien comprendre les spécificités locales avant de s’engager dans l’achat d’une propriété, que ce soit aux USA ou en France.

Pourquoi privilégier un investissement immobilier locatif aux USA ?

Pourquoi privilégier un investissement immobilier locatif aux USA ?

Investir dans l’immobilier locatif aux États-Unis présente de nombreux avantages, tant sur le plan économique que réglementaire. Voici quelques raisons clés qui peuvent inciter à choisir les USA pour un investissement immobilier locatif.

Croissance économique robuste

Les États-Unis bénéficient d’une économie dynamique et en croissance constante, se positionnant comme une première puissance mondiale.

En 2022, le PIB américain, estimé à 25.44 milliards de dollars, est en hausse de 4 % par rapport aux performances de 2018. 

Cela se traduit par un environnement propice à l’investissement immobilier, avec des perspectives de valorisation des biens.

Diversité du marché immobilier

Lorsque vous envisagez un investissement dans l’immobilier locatif aux États-Unis, plusieurs types de biens s’offrent à vous, allant des condominiums et appartements aux immeubles de plusieurs logements, maisons individuelles ou maisons mitoyennes.

Chaque catégorie de bien immobilier présente ses propres avantages et contraintes.

Il est donc essentiel d’analyser soigneusement ces options pour déterminer celle qui correspond le mieux à vos objectifs financiers et à votre stratégie d’investissement, afin de réaliser le placement le plus judicieux possible dans l’immobilier.

Accessibilité du marché immobilier américain

Comparativement à la France, le coût moyen d’achat d’une propriété aux États-Unis peut être plus attractif, surtout dans certaines régions moins centrales mais qui restent très demandées par les locataires.

Cela permet d’acquérir des biens plus grands ou mieux situés pour le même budget.

De plus, les transactions immobilières aux USA sont réputées pour leur rapidité, avec des ventes pouvant se conclure en 60 à 90 jours, facilitant la réactivité et la fluidité pour les investisseurs.

Augmentation des loyers

Au cours de la dernière décennie, les loyers aux États-Unis ont connu une hausse constante, atteignant en moyenne 1 713 $ par mois en 2023.

Cette vigueur du marché immobilier américain est également soutenue par un faible taux de vacance locative, qui est de 6 % dans l’ensemble du pays. Elle permet de maintenir ainsi un taux d’occupation élevé des logements.

Ces facteurs positifs créent un environnement propice où les investisseurs peuvent envisager des retours sur investissement significatifs.

De plus, le rapport entre le loyer et le prix d’achat des biens immobiliers est considérablement plus favorable aux États-Unis qu’en France, rendant l’investissement outre-Atlantique particulièrement attrayant.

Fiscalité avantageuse

Aux États-Unis, la fiscalité appliquée aux investissements immobiliers locatifs présente des avantages non négligeables comparativement à la France.

La législation américaine permet notamment l’amortissement de l’investissement sur une durée de 27,5 ans, ce qui peut significativement réduire les impôts sur les revenus locatifs perçus chaque année.

De plus, le taux d’imposition sur les plus-values immobilières est fixé à 20 % aux États-Unis, contre 34,5 % en France, offrant ainsi une perspective plus favorable aux investisseurs.

Les investisseurs français bénéficient également d’un mécanisme de crédit d’impôt grâce à la convention fiscale entre la France et les États-Unis, évitant ainsi la double imposition et rendant l’investissement encore plus attractif.

Protection légale favorable aux propriétaires

Investir dans l’immobilier locatif aux États-Unis réduit considérablement les risques de loyers impayés.

Ceci est dû à un processus de sélection rigoureux des locataires, où leur historique financier peut être examiné sur les dix dernières années.

De plus, le cadre légal américain offre moins de protections aux locataires comparé à la France, favorisant ainsi les droits des propriétaires.

Cette situation légale assure aux propriétaires une plus grande maîtrise sur la gestion de leurs biens et la résolution rapide des litiges locatifs.

Vos experts de l’investissement immobilier